Avec nos rouges

 

Apéro cochon ! Caillette & Saint-Joseph rouge


 

Le cochon est un indissociable de la culture ardéchoise. Dans les fermes, tuer le cochon était un moment de fête. Chaque morceau était utilisé pour confectionner plats traditionnels et charcuteries. La caillette est un petit pâté de viande de porc agrémenté d’herbes, de choux ou de blettes. La recette : blanchir 250 g de feuilles de blettes et d’épinards. Hacher 500 g de gorge, 250 g de foie de porc et un peu de lard gras. Faire colorer 1 oignon haché, y ajouter la viande et les herbes. Saler, poivrer et ajouter une pointe d’ail. Avec cette farce, constituer des boulettes de viande de la taille d’une orange. Les entourer de crépine. Bien les serrer dans un plat en verre avant de les cuire 30 mn au four à 200 °C. Déguster froide avec un verre de Saint-Joseph rouge.

Avec nos blancs

 

Œufs cocottes, morilles, asperges et parmesan


Simples à réaliser, les œufs cocotte et leur cœur coulant sont un des classiques de la cuisine française. Le mariage asperges-morilles est un régal ; quant au parmesan, il viendra relever l’œuf juste comme il faut. Alors aux fourneaux. Dans chaque ramequin beurré, déposer une cuillère à soupe de morilles à la crème, les asperges émincées. Casser un œuf puis décorer de pointes d’asperges. Enfourner les cocottes au bain-marie. Une fois cuites, les parsemer de ciboulette fraîchement ciselée. Déguster avec un verre de Saint-Joseph blanc de garde.

 

 

Viande d’exception & Saint-Joseph rouge

 


Viande d’exception du terroir ardéchois, le « Fin gras du Mézenc » a reçu la distinction AOP. Elle est produite à cheval entre la Haute-Loire et l’Ardèche, sur les pâturages du Mont Mézenc. Réputée pour sa qualité exceptionnelle, c’est une viande persillée, produite à partir de bœufs ou de génisses, élevés uniquement au foin (hiver) et à l’herbe de montagne (été). Le territoire de cette viande d’exception, ce sont les plateaux enherbés du Mont Mézenc, à une hauteur de 1100 mètres. 4 grandes races y sont ainsi élevées : Aubrac, Salers, Limousine et Charolaise. Alors ici pas de recette, juste une côte à la cheminée, une entrecôte juste saisie, ou des morceaux en pot-au-feu… avec un délicieux verre de Saint-Joseph rouge.

 

Tartare de crabe, Yuzu & Saint-Joseph blanc


Peu connu sous forme de tartare, le crabe est un ingrédient de choix pour ce style de préparation à la fois fraîche et riche en goût ! Met atypique, le tartare de crabe réveille les papilles grâce à l’ajout d’une touche d’un agrume très répandu au Japon, le yuzu. Au croisement de la mandarine sauvage et du citron jaune, il promet puissance aromatique et explosion de saveurs en bouche, à condition d’être justement dosé ! La chair gourmande de ce crabe se laissera ici facilement accompagner par un vin vif et fruité, offrant de belles notes d’agrumes : un blanc jeune de l’AOC.

 

 

Vélouté & élégance du Saint-Joseph rouge

 


La Cousina, est un velouté de châtaignes, plat hivernal traditionnel. A l’automne, les fruits du châtaigner sont partout. On les retrouve sur les étals des marchés, le long des routes de moyenne montagne ou dans les paniers des cueilleurs. Cette soupe chaude et fondante se prépare à partir de châtaignes entières épluchées que l’on va faire cuire dans un bouillon de volaille, avec un peu de céleri et de muscade. De la crème fraîche avant de servir et c’est prêt ! La soupe peut être agrémentée de petits dés de foie gras poêlés au beurre de montagne, ou de cèpes crus et sautés. Dans le verre, un Saint-Joseph rouge évidemment !

 

Blanquette revisitée à la volaille


 

Bien que la blanquette de veau soit la référence, ce plat traditionnel est revisité avec une belle volaille. Les champignons de Paris, sont eux remplacés par de délicieux pieds de mouton. La sauce blanche fera la part belle à une crème fraîche crue, fondant dans le bouillon de volaille de cuisson. Dans les verres, la place est faite pour une nouvelle sélection de blancs ronds et charmeurs de l’appellation Saint-Joseph.

 

 

Surprenant, fromages affinés et Saint-Joseph blancs


 

La 5ème saveur, appelée Umami et qui fait saliver nos papilles se cache partout. Même en plein cœur d’un plateau de fromages ! On parle souvent du parmesan comme en étant l’expression parfaite. Mais les fromages affinés français sont de parfaits aliments pour rehausser le goût d’un plat ou accompagner dans son expression la plus pure, un bon pain. Vieux comté, pâtes persillées ou chèvres affinés, sans oublier le Picodon d’Ardèche. Les vins blancs de l’appellation viendront réveiller les papilles avec fraîcheur et rondeur.